CRASH CD49

"Emo-glam connection"

(7 titres - 10/06/03)

Qu’est-ce que faire du punk en 2003 ? Est-ce scander des slogans vengeurs sur une rythmique binaire ? Se vautrer dans la provocation tous azimuts ? Ou bien encore se conformer à des règles de composition musicale découvertes il y a plus de 25 ans ?

Si c’est bien cela, les sept groupes de la compilation ”Emo-Glam Connection" n’ont rien de punk. D’ailleurs, la diversité de leurs styles semble plutôt les raccorder à une autre définition plus universelle : celle du rock. Mais Dead Pop Club, Second Rate, X-Syndicate, Homeboys, Sexypop, Flying Donuts ou autres Uncommomenfrommars ont retenu l’une des leçons essentielles du punk-rock : offrir une alternative créatrice à un mode de pensée dominant et réducteur. Certes, ils n’arborent pas de blousons cloutés et ne collent pas de A cerclé sur leurs guitares, mais le punk est un moteur pour leurs vies. De là vient la détermination qui leur permet de pousser l’aventure sans compromis et avec une passion intarissable. Issus d’une scène qui s’est construite hors des modes et des quotas, zigzaguant sans vergogne entre hardcore, punk-rock, power pop et emo, ils se sont imposés à la force du poignet et des kilomètres parcourus. Au gré des rencontres, des amitiés sont nées d’une culture commune et d’un amour certain pour les grosses guitares et les mélodies communicatives. Ainsi s’est élaborée l’"Emo-Glam Connection", dont ce mini-album, deuxième de la série, comme les plateaux où se retrouvent régulièrement les groupes, démontre la richesse et la qualité. Les Homeboys, les "plus talentueux petits frères des Burning Heads", restent fidèles à leur punk véloce, nous donnant un avant-goût de leur 2ème album annoncé pour octobre. De leur côté, les Flying Donuts déboulent avec un hardcore mélodique survitaminé tandis que les Uncommonmenfrommars se permettent une incartade hors du skate-punk pour une reprise de Weezer, aux antipodes de la hargne de X-Syndicate, qui nous balance un métal redevable autant à L7 que Motorhead. Juste à la suite, Sexypop, dans la lignée de son tout récent album "Access to the second floor", s’annonce comme le digne héritier de Drive Blind et illustre la veine emo-pop du disque, à laquelle on peut également rattacher le post-hardcore de Second Rate ou le savoir-faire mélodique et les refrains entêtants du Dead Pop Club, devenu une référence en la matière depuis la sortie d’"Autopilot off". 7 inédits, autant de facettes différentes d’un punk-rock français en pleine mutation, d’Angers à Epinal, de Besançon à Paris, et avant tout un formidable plaidoyer pour un rock passionné et inspiré

RSS 2.0 [?]

Site réalisé avec SPIP, l'arme fatale.
Squelettes GPL Lebanon 1.9